Comment devenir photographe professionnel en moins de 6 mois?

La formule magique n'existe évidemment pas. Mais je reçois récemment beaucoup d'invitations à rejoindre des annuaires soi-disant "ultra-select" de photographes de mariage. Pour la plupart assez récents, ils proposent tous des offres payantes et des concours de photographie qu'ils vantent comme des boosters de carrière, en mettant en avant les quelques "grands noms" qu'ils ont réussi à convaincre de les accompagner au lancement  moyennant, probablement, mise en avant forcée et guest-starring aux formations hors de prix qu'ils proposent. Si les bons sont là-bas, ça doit être intéressant...

Je ne critique pas leurs auteurs en tant que tels. Certains d'entre eux ont certainement plus d'ambition que d'être des plaquettes publicitaires médiocres comme on a pu en connaitre à la grande époque des magazines de mariage, qu'on trouvait gratuitement dans les magasins de robes de mariées avant Internet ("Oui Monsieur, c'est tiré à 1000000000000 exemplaires et ça coûte à peine 3000€, mais si vous signez dans les 3 minutes c'est 1500€ rien que pour vous parce que c'est le bouclage", véridique). Il faut bien démarrer, et la meilleure façon de le faire reste "Fake it till you make it". Et les photographes déjà établis qui y participent ont raison d'utiliser tout ce qu'ils peuvent pour se faire connaitre et asseoir leur expérience, surtout si ça ne leur coûte rien.

Mais il n'en reste pas moins que les jeunes photographes plein de rêves financent naïvement la notoriété de ceux qui sont déjà bien établis, et n'en tirent pas grand chose d'autre qu'un tampon "xxx award" sur des photos médiocres, parce qu'ils étaient les seuls à participer et qu'ils ont payé. Qu'ils paient cher des formations qui ne les aideront pas vraiment, parce qu'on apprendra toujours plus en faisant qu'en écoutant quand on démarre (les formations sont utiles passé un certain niveau, quand on atteint un plafond qu'on a du mal à dépasser, mais au démarrage il n'y a que la faim qui compte). Et que bercés par le doux sentiment d'avoir reçu un prix, ils ne se remettront pas en question et ne progresseront pas aussi vite qu'ils le devraient. Voire se planteront lamentablement par la suite. 

Les clients de ces annuaires, contrairement à ce qu'on pourrait croire, ce ne sont pas les mariés. Les mariés sont le produit que ces sites vendent aux photographes. Les formations pour attirer plus de mariés aussi. Le prestige d'un award également. Tout sur ces sites est fait pour vendre du potentiel aux photographes. Quand c'est un site qui a une vraie visibilité, c'est une affaire extraordinaire pour qui sait se mettre en avant. Quand il est en train de se lancer avec des ficelles marketing grossières, autant jeter son argent dans les toilettes, parce que ce n'est pas votre croissance que vous financez, mais la sienne.

Pourquoi je dis ça? Parce que les raccourcis n'existent pas réellement. J'ai eu beau essayer, je n'arrive à réellement et durablement progresser que par le travail. Je m'intéresse à la recommandation de mes clients plutôt qu'à la gloire éphémère (l'avis n'a pas de valeur car peu de gens sont brutalement directs, mais une recommandation veut dire qu'ils sont satisfaits, et elle sera toujours suivie d'autres recommandations). C'est comme ça que j'ai doublé mon business chaque année jusqu'à maintenant, et que je suis bien parti pour continuer. Une implantation solide dans un groupe donné construit une base de business solide, la notoriété va et vient au gré du vent, et votre chiffre d'affaires avec. Faire beaucoup de mariages et regarder ses photos avec un oeil critique, prendre l'avis de gens qui savent critiquer constructivement, et progresser à chaque fois parce qu'on ne refait pas les mêmes erreurs.

Et oui, ce blog vise une forme de notoriété. Mais une notoriété solide, que je contrôle directement, qui ne dépend pas du bon vouloir de quelqu'un d'autre et que je ne peux pas acheter: je dois la gagner avec un vrai travail de fond qui prendra longtemps. On y revient, tout part du travail.